You cannot copy content of this page
Prévention Risques Professionnels : quelles sont les obligations de l'employeur ?
Prévention Risques Professionnels : quelles sont les obligations de l'employeur ?

Acte 1 Formation présent aux vœux du SNES 2019

par | 5 février 2019 5:17

C’est dans le cadre prestigieux du Cercle national des armées que le SNES (Syndicat National des Entreprises de Sécurité), en la personne de son président Pascal PECH, a présenté ses vœux les plus sincères à la profession pour cette nouvelle année 2019.

Acte 1 Formation était parmi les nombreux invités présents. Claire GIRARD sa directrice Générale en séminaire à la 16ème université d’hiver de la Formation Professionnelle était représentée par Fabrice THIROUX et Romain CARON (*) qui a rejoint récemment Acte 1 formation pour élargir l’offre de compétences par un parcours de formation entre(re)preneurial.

Alice THOUROT, députée de la deuxième circonscription de la Drôme, membre de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République et co-auteur du rapport « d’un continuum de sécurité vers une sécurité globale » a dressé un bilan plutôt réaliste de la profession.

Acte1 Formation, Entreprise de formation, spécialisée dans le secteur de la sécurité privée, a notamment relevé l’ambition pour la profession sécurité privée de disposer d’une suite de titres et diplômes allant du CAP au BAC+5.

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre article sur la nouvelle nomenclature des titres et diplômes.

Toute initiative visant à concourir au développement des compétences des différents acteurs du secteur de la sécurité privée est la bienvenue. L’évolution des métiers suit celle de notre écosystème. Technologie, habitudes et attitudes modifient profondément la nature même des actions des professionnels de la sécurité privée. Acte1 Formation rappelle que la mission de la sécurité privée se limite à la prévention.

La volonté de porter sur les fonts baptismaux la réalité d’un continuum sécurité publique – sécurité privée, ne manquera pas de modifier les contours du paysage des certifications propres au métiers de la sécurité privée. L’idée de créer des « troncs communs » dans les parcours de formation entre les professionnels de la sécurité privée et ceux de la sécurité publique a été émise. Elle pose la question de la délimitation des rôles de chacun.

C’est dans le cadre prestigieux du Cercle national des armées que le SNES (Syndicat National des Entreprises de Sécurité), en la personne de son président Pascal PECH, a présenté ses vœux les plus sincères à la profession pour cette nouvelle année 2019.

Acte 1 Formation était parmi les nombreux invités présents. Claire GIRARD sa directrice Générale en séminaire à la 16ème université d’hiver de la Formation Professionnelle était représentée par Fabrice THIROUX et Romain CARON (*) qui a rejoint récemment Acte 1 formation pour élargir l’offre de compétences par un parcours de formation entre(re)preneurial.

Alice THOUROT, députée de la deuxième circonscription de la Drôme, membre de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la République et co-auteur du rapport « d’un continuum de sécurité vers une sécurité globale » a dressé un bilan plutôt réaliste de la profession.

Acte1 Formation, Entreprise de formation, spécialisée dans le secteur de la sécurité privée, a notamment relevé l’ambition pour la profession sécurité privée de disposer d’une suite de titres et diplômes allant du CAP au BAC+5.

Nous vous invitons à prendre connaissance de notre article sur la nouvelle nomenclature des titres et diplômes.

voeux snes 2019

Toute initiative visant à concourir au développement des compétences des différents acteurs du secteur de la sécurité privée est la bienvenue. L’évolution des métiers suit celle de notre écosystème. Technologie, habitudes et attitudes modifient profondément la nature même des actions des professionnels de la sécurité privée. Acte1 Formation rappelle que la mission de la sécurité privée se limite à la prévention.

La volonté de porter sur les fonts baptismaux la réalité d’un continuum sécurité publique – sécurité privée, ne manquera pas de modifier les contours du paysage des certifications propres au métiers de la sécurité privée. L’idée de créer des « troncs communs » dans les parcours de formation entre les professionnels de la sécurité privée et ceux de la sécurité publique a été émise. Elle pose la question de la délimitation des rôles de chacun.

Stéphane VOLANT, Président du CDSE (Club des Directeurs de Sécurité & de Sûreté des Entreprises), invité d’honneur, a souhaité une plus grande transparence des décisions du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) suite aux contrôles des entreprises de sécurité privée, un contrôle des donneurs d’ordre et le rapprochement effectif du SNES et de l’USP, prenant à témoins Pascal PECH et Claude TARLET.

Pascal PECH rappelle les bases de la transformation du secteur de la sécurité privée, posées durant l’année : les travaux de la médiation inter-entreprises et de la Délégation aux coopérations de sécurité visant à doter la profession d’outils de régulation économique, le rapport THOUROT-FAUVERGUE proposant un continuum de sécurité et le soutien exprimé du ministre de l’intérieur des propositions du SNES à l’occasion du colloque du CDSE de décembre dernier.

Les quatre objectifs du SNES pour l’année 2019

Dans un deuxième temps, Pascal PECH, indique les quatre objectifs du SNES pour l’année : la création d’une protection juridique pour les agents de sécurité privée, la revalorisation des salaires, la création de l’OPCO 11 des « Professionnels, salariés et employeurs, des services opérationnels aux entreprises et de l’emploi » et la création d’un nouveau syndicat scellant l’unification du SNES et de l’USP.

En arrière-plan de ces vœux, de nombreuses questions restent sans réponse. La proposition du forfait du contrat d’apprentissage adressée à France compétences qui réunit la CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle), le CNEFOP (Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de L’Orientation Professionnelles), le COPANEF (Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation) et le FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels), la nouvelle nomenclature des titres et diplômes… sont autant de sujets qui sont à l’ordre du jour, sans oublier le grand débat national.

voeux snes 2019

Stéphane VOLANT, Président du CDSE (Club des Directeurs de Sécurité & de Sûreté des Entreprises), invité d’honneur, a souhaité une plus grande transparence des décisions du CNAPS (Conseil National des Activités Privées de Sécurité) suite aux contrôles des entreprises de sécurité privée, un contrôle des donneurs d’ordre et le rapprochement effectif du SNES et de l’USP, prenant à témoins Pascal PECH et Claude TARLET.

Pascal PECH rappelle les bases de la transformation du secteur de la sécurité privée, posées durant l’année : les travaux de la médiation inter-entreprises et de la Délégation aux coopérations de sécurité visant à doter la profession d’outils de régulation économique, le rapport THOUROT-FAUVERGUE proposant un continuum de sécurité et le soutien exprimé du ministre de l’intérieur des propositions du SNES à l’occasion du colloque du CDSE de décembre dernier.

Le SNES souhaite la création d’un syndicat unifié SNES-USP pour l’année 2019

Dans un deuxième temps, Pascal PECH, indique les quatre objectifs du SNES pour l’année : la création d’une protection juridique pour les agents de sécurité privée, la revalorisation des salaires, la création de l’OPCO 11 des « Professionnels, salariés et employeurs, des services opérationnels aux entreprises et de l’emploi » et la création d’un nouveau syndicat scellant l’unification du SNES et de l’USP.

En arrière-plan de ces vœux, de nombreuses questions restent sans réponse. La proposition du forfait du contrat d’apprentissage adressée à France compétences qui réunit la CNCP (Commission Nationale de la Certification Professionnelle), le CNEFOP (Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de L’Orientation Professionnelles), le COPANEF (Comité Paritaire Interprofessionnel National pour l’Emploi et la Formation) et le FPSPP (Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels), la nouvelle nomenclature des titres et diplômes… sont autant de sujets qui sont à l’ordre du jour, sans oublier le grand débat national.

* Romain CARON dirige depuis 21 ans des entreprises de formation.

Secrétaire de l’UNAFOS, instructeur de l’ISQ-OPQF, il intervient ponctuellement pour Systemic Conseil sur l’ingénierie de parcours de formation et l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne sur la qualité de formation et la commercialisation des parcours.

Avez-vous aimé cet article ?

Cliquez sur les petits pouces en haut !

Vous avez aimé cet article

Partagez le sur les réseaux sociaux

Nos derniers articles

Journée mondiale de l’arrêt cardiaque : 16 octobre 2019

Journée mondiale de l’arrêt cardiaque : 16 octobre 2019

Le saviez-vous ? Une personne sur 20 aura l’occasion d’être le témoin d’un arrêt cardiaque dans sa vie. Pour chaque minute qui s’écoule sans RCP ni défibrillation, les chances de survies de la victime diminuent de 7 à 10%. Sauver une vie est primordiale et pouvoir...

Share This